Levure de riz rouge et cholestérol : des résultats

Vous avez déjà pu lire précédemment sur notre blog un article au sujet des bienfaits de la levure de riz rouge sur le cholestérol sanguin.

Voici des données chiffrées sur la prise de levure de riz rouge et la baisse du cholestérol.

Ces résultats ne valent bien évidemment pas une étude clinique, ils sont toutefois éloquents.

Une femme de 51 ans travaillant chez nous s’était vue reprocher par son médecin un taux de cholestérol total trop élevé. Ne prenant aucun médicament pour faire baisser son niveau de cholestérol et ne souhaitant pas le faire, elle a décidé d’essayer notre complément alimentaire levure de riz rouge + coenzyme Q10 pendant 6 mois, à raison d’1 gélule par jour.

Voici les chiffres de sa prise de sang avant / après cure de levure de riz rouge + Q10 :

– cholestérol total :        2,74 g/l           2,08 g/l (technique ECL Cobas ROCHE)

– triglycérides :               0,79 g/l           0,65 g/l  (technique ECL Cobas ROCHE)

– H.D.L :                              0,90 g/l           0,74 g/l  (technique ECL Cobas ROCHE)

– L.D.L :                               1,68 g/l            1,21 g/l (technique ECL Cobas ROCHE)

Cette personne qui sortait bien de la fourchette maximale pour le cholestérol total (fourchette comprise entre 1,50 et 2,20) est donc de nouveau rentrée dans les « normes ». Après les résultats de cette prise de sang, elle a décidé de poursuivre la prise de notre complément alimentaire, jugeant son efficacité très satisfaisante et n’ayant aucun effet secondaire (pas de raideurs ou de douleurs articulaires, grâce à l’ajout de coenzyme Q10 dans la formule du produit).

Et vous, vous essayez quand ?

Faites-nous part de vos témoignages !

Lire notre article répondant à la polémique du moment : Pourquoi choisir la levure de riz rouge

et aussi : La levure de riz rouge en 5 points

Relire notre article Lutter contre le mauvais cholestérol avec la levure de Riz Rouge

Publicités

3 septembre 2012 at 10:47 Laisser un commentaire

Acide hyaluronique et poids moléculaire

Hydratation de la peauLe soleil estival a procuré à votre peau un joli bronzage qui booste le moral et vous donne indiscutablement une bonne mine. C’est l’air épanoui de retour des vacances que l’on aimerait prolonger le plus longtemps possible, physiquement comme psychologiquement. La clé pour prolonger le bronzage est d’hydrater la peau, d’autant plus que les rayons UV et les bains de mer l’ont desséchée. C’est donc pour moi l’occasion de vous reparler d’acide hyaluronique, cette molécule au pouvoir hydratant et repulpant, en faisant particulièrement la lumière sur l’efficacité de l’acide hyaluronique, en fonction de son poids moléculaire. Certaines marques de compléments alimentaires (qui jouent la confusion avec les seringues injectables) prétendent que « l’efficacité de l’acide hyaluronique augmente avec sa taille moléculaire ». D’autres qu’un acide hyaluronique de faible poids moléculaire permet une assimilation optimale pour l’organisme. Comment s’y retrouver au milieu d’arguments contradictoires ? Explications et démentis :

L’acide hyaluronique est un polymère de disaccharides, constitué de sous-unités identiques, comme une chaîne de plusieurs maillons. Le poids moléculaire indique la longueur de la chaîne qui est la somme totale du poids de chaque maillon. Plus il y a de maillons, plus la chaîne est longue et plus son poids est élevé. Selon la taille de ses molécules, il va pouvoir pénétrer plus ou moins profondément dans la peau.

L’acide hyaluronique dit « natif » dans les tissus, autrement dit celui que nous avons naturellement dans l’organisme, a un poids moléculaire de 2,5 à 10 millions de daltons. Dans les laboratoires, lors de la fabrication des produits de soin, les formulateurs peuvent choisir cette taille au moment où ils synthétisent les molécules. Il est possible d’arrêter la réaction « d’enchaînement » des maillons quand on le souhaite ; dans l’autre sens, on peut partir d’une très grosse molécule, qu’on coupe petit a petit pour en réduire la taille et on arrête la réaction quand on a la taille voulue.

* L’utilisation d’acide hyaluronique de haut poids moléculaire (grosses molécules) permet d’agir à la  surface de l’épiderme, avec un effet lissant et repulpant immédiat, atténuant ainsi les micro-reliefs et les ridules. Il va former un film à la surface de la peau, comme un coussinet rempli d’eau, qui va maintenir l’hydratation de la peau et avoir un effet tenseur.

Les grosses molécules peuvent aussi être coupées par des enzymes naturellement présentes dans la peau, les transformant en petites unités de taille suffisamment petite pour pénétrer. La molécule est donc absorbée par un autre moyen ; c’est la voie des chylomicrons. C’est par exemple le cas des protéines qui ne pénètrent pas immédiatement mais forment un film a la surface de la peau ; ce film est ensuite dégradé libérant les acides aminés qui, eux, pénètrent pour aller nourrir la cellule. Il s’agit d’un effet en profondeur retardé.

Des études prouvent que même de forts poids moléculaires passent la barrière intestinale et permettent d’observer une augmentation notable du taux dans le plasma sanguin. Des molécules d’un poids allant jusqu’à 500 000 daltons ont ainsi montré une absorption identique à des molécules de faible poids (5000 daltons).

* L’utilisation d’un acide hyaluronique de bas poids moléculaire va pénétrer bien plus loin dans la peau, lui redonner son taux d’hydratation maximal et la regonfler de l’intérieur.

Vous l’aurez donc compris, les 2 sont assimilables à leur niveau par l’organisme et offrent une action complémentaire, une plus superficielle jouant tout de même comme « coup d’éclat » et une plus profonde, restaurant les niveaux hydriques.

L’acide hyaluronique que Natucert a sélectionné est de poids moléculaire moyen et avec des molécules de tailles variées pour bénéficier en synergie des 2 effets cités ci-dessus. Il permet donc d’agir à différents niveaux dans la peau (en surface et en profondeur) et d’assurer à la fois une hydratation longue durée et un effet tenseur et « repulpant » très efficace.

Acide Hyaluronique natucert

Disponible en pilulier de 30 capsules

23 août 2012 at 8:42 Laisser un commentaire

Traiter la cellulite : oui mais laquelle ?

Crème anti-cellulite, gel anti-cellulite … vous avez un peu tout essayé pour lutter contre votre cellulite mais elle est tenace ! Les cosmétiques contre la cellulite ont l’avantage de rendre la peau plus lisse et plus douce. Malheureusement, leur effet s’estompe vite, une fois la période d’application finie. L’aspect capitonné de la peau sur les cuisses, les fesses ou encore le ventre est le résultat d’un problème interne. Traiter la surface, c’est bien, agir sur les causes, c’est mieux. Observez, touchez votre cellulite. Vous pourrez ainsi déterminer de quel type de cellulite il s’agit et traiter en conséquence !

On peut distinguer 3 sortes de cellulite. Leurs aspects et leurs caractéristiques sont différents et leurs causes sont également variées.

La cellulite fibreuse : dure au toucher, un peu violacée et douloureuse au pincement. La peau est particulièrement bosselée et la peau d’orange est visible sans avoir à effectuer de pincement. La cellulite fibreuse n’est pas nécessairement liée à une prise de poids. En effet, ce type de cellulite est ancré plus profondément dans la peau et est également plus dense. Il apparaît le plus souvent après l’âge de 50 ans et c’est certainement la cellulite la plus difficile à traiter et à faire disparaître, dans la mesure où la peau est quelque peu vieillie et relâchée.

La cellulite adipeuse : Elle se situe surtout au niveau des cuisses, des hanches, de la culotte de cheval, des fesses mais aussi du ventre. Ce type de cellulite est particulièrement mou. Elle est non douloureuse au pincement. La cellulite adipeuse n’est pas liée à la circulation. Touchant principalement les jeunes femmes après l’âge de la puberté, ce type de cellulite est causé par une alimentation trop riche en lipides et en graisses. Un manque d’exercices peut également mener à la cellulite adipeuse.

La cellulite aqueuse ou d’infiltration : la peau demeure souple au toucher. Celle-ci commence toutefois à afficher de petites protubérances.  Nul besoin de pincer la peau pour constater l’effet « peau d’orange ». La cellulite infiltrée est très souvent accompagnée de sensation de jambes lourdes. Ces sensations sont dues à des problèmes de la circulation du sang et de la lymphe. Les personnes qui ne bougent pas beaucoup sont les principales cibles de la cellulite infiltrée. Pour la faire disparaître, il faudra améliorer la circulation veineuse et lymphatique.

En bref, rétention d’eau, alimentation trop riche en graisses, mauvaise circulation sanguine sont autant de causes influant sur l’apparition de cellulite.

9 juillet 2012 at 10:40 Laisser un commentaire

La spiruline, mon partenaire minceur

Vous avez du mal à perdre quelques kilos superflus et souhaitez y parvenir sans vous affamer ? Vous avez raison. La frustration est la première source d’échec des régimes, créant le fameux effet « yoyo ». Plutôt que d’éliminer tout ce que vous aimez de votre alimentation, mieux vaut faire le choix d’y ajouter quelques aliments bénéfiques et, parmi eux, citons la spiruline.

Cette micro-algue contient des protéines complètes, des acides aminés, dont les 8 acides aminés essentiels que le corps ne sait produire par lui-même, des minéraux (dont du fer, du zinc) des oligo-éléments et de nombreuses vitamines (surtout du groupe B).

Un effet rassasiant :

La richesse et la diversité de nutriments contenus dans la spiruline, notamment la présence en quantités importantes de protéines complètes, favorise la sensation de satiété. En apportant à l’organisme ce dont il a besoin pour fonctionner, la spiruline entraîne une baisse de l’appétit. Elle contient de la phénylalanine et du tryptophane, 2 substances « anti-stress » qui vont également stimuler les centres de la satiété. Pour bénéficier de cet effet « coupe-faim » naturel, il est conseillé de prendre la spiruline environ une demi-heure avant les repas. A noter que la spiruline apporte du chrome, minéral à l’action reconnue sur la régulation des envies de sucre.

Tonus et vitalité :

La consommation de spiruline permet aussi d’éviter la fatigue ressentie par la réduction de l’apport calorique fourni à l’organisme. En effet, comme elle contient de nombreuses vitamines mais aussi des minéraux et des oligo-éléments, les « coups de pompe », conséquence fréquente d’un régime amincissant, seront évités.

 Pas de stress !

La réduction du bol alimentaire est souvent vécue comme une source de stress et il est fréquent que les personnes au régime ne soient pas de très bonne humeur. Elles sont vite irritables. Là encore, la spiruline va représenter une aide précieuse. Sa richesse en vitamines du groupe B, en phénylalanine, en tryptophane, en magnésium vont jouer sur les neurotransmetteurs et permettre de vivre cette période plus sereinement.

 Tonicité musculaire :

La spiruline, grâce à l’apport de nombreux acides aminés, favorise la préservation des muscles, pour ne pas perdre en tonicité. Ainsi, le corps ira piocher dans les réserves graisseuses plutôt que dans les muscles.

Vous l’aurez compris, la spiruline est intéressante à plusieurs niveaux dans le cadre d’un régime minceur ou d’efforts alimentaires pour perdre du poids. C’est un peu un « tout-en-un ». Pour ressentir ces effets, il est conseillé de prendre 2 grammes de spiruline par jour, à répartir en plusieurs prises, de préférence avant le petit-déjeuner et avant le déjeuner.

La spiruline Natucert est cultivée selon les règles de l’agriculture biologique, sans herbicides ni pesticides de synthèse. Elle est pure, ne contient aucun additif ni agglomérant. Chaque comprimé apporte 500 mg de spiruline. 11,95 € le flacon de 120 comprimés. Natucert, la garantie du bon prix et de la qualité !

9 juillet 2012 at 9:23 Laisser un commentaire

Les bienfaits de l’huile de son de riz

Le magazine Pluriel Nature de juin 2011 a consacré un article aux bienfaits de l’huile de son de riz sur le cholestérol et le diabète.

LIRE CET ARTICLE

21 mai 2012 at 9:37 Laisser un commentaire

Prévention des maladies cardiovasculaires et huile de son de riz

Voici un article très complet sur la prévention des maladies cardiovasculaires rédigé par Mr Jean-Pierre WILLEM et publié dans le magazine « Votre Santé » de février 2012. Il s’étend longuement sur les bienfaits de l’huile de son de riz. Bonne lecture !

Lire l’article

4 mai 2012 at 2:01 Laisser un commentaire

Huile de son de riz et cholestérol

Le magazine REBELLE SANTE n°143 d’avril 2012 consacre un nouvel article sur l’huile de son de riz et son action pour faire baisser le cholestérol.

Lire cet article

Lisez aussi notre précédent article sur les nombreux bienfaits de l’huile de son de riz

21 mars 2012 at 1:18 Laisser un commentaire

Articles précédents Articles Plus Récents


Catégories

  • Blogroll

  • Flux


    %d blogueurs aiment cette page :